paulinecartonPauline Carton, née à Biarritz le 4 juillet 1884 sous le nom de Pauline Aimée Biarez fut l'une des toutes grandes actrices françaises de la première moitié du XXe siècle. Concierge, vieille fille, femme de ménage ou tante à héritage, elle n'a jamais été jeune. Du moins au cinéma. Merveilleuse actrice, la plus populaire de ces admirables seconds rôles qui ont fait la gloire du cinéma français, elle a tourné à peu près tout, mais toujours de façon remarquable. Elle reste surtout pour avoir été l'actrice fétiche de Guitry qui la fit jouer dans presque tous ses films, lui inventant au besoin des rôles.

C'est en 1907 que Pauline Carton débute au cinéma dans des rôles de second plan dont elle devient une spécialiste.

On la voit dans Blanchette, de René Hervil (1921), Feu Mathias Pascal, de Marcel L'Herbier (1925), Éducation de prince (1927), Le Sang d'un poète, de Cocteau (1930) et dans Nuits de Princes (1937).pauline

Quand on passe du muet au parlant, elle continue de jouer de son « physique de pou » (sic), pour jouer les rôles de soubrettes, de concierges, ou de mégères. Elle s'exprime avec une voix très particulière, avec des intonations parigotes.

A partir de 1927, Sacha Guitry, dont elle devient la confidente et la (non officielle) chargée de casting, lui offre un rôle dans une vingtaine de films : Bonne chance, Le Nouveau Testament (1935), Mon père avait raison (1936), Le Roman d'un tricheur (1936), Désiré (1937), Quadrille (1938), ou encore Assassins et Voleurs (1957). Dès lors mieux appréciée, elle jouera d'assez grands rôles : par exemple dans La poison (1951), de Guitry.

cine153Elle sera même employée par Abel Gance, Le Roman d'un jeune homme pauvre (1936) et Louise (1938). Max Ophüls lui donne aussi sa place dans Sans lendemain (1939). Sous l'égide de Clouzot : Miquette et sa mère (1949), et de Ken Annakin , Le Jour le plus long (1961).

Elle a tourné dans plus de 250 films.

Elle est décédée à Paris le 17 juin 1974.



* Quand j'étais jeune, j'avais le visage lisse et des robes plissées, maintenant, c'est le contraire

Ses personnage
la Maharanée de Samakutra Pauline IV puis Pauline V